Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ressource en français

  • Eglise Mosaïque - une manière de vivre la multiculturalité

    stephen beck,mosaikkirche,église mosaïque

    En Allemagne plusieurs églises ont été démarrées pour fonctionner sur un principe monoculturel / pluriculturel. 

    Cela veut dire que la culture du lieu où se trouve une église est prioritaire. Et les autres cultures (par exemple celles des migrants) peuvent elles aussi s'exprimer.

    Nous aimons tous nos cultures et formons traditionnellement des églises ethniques de type tamoul, chinois et congolais, mais aussi suisse, français et belge. 

    En ce qui me concerne, j'aime penser que je suis ouvert à toutes les cultures.

    Mais j'entends souvent cette petite voix qui me dit que "les autres" devraient s'adapter à "mon" église. Ce serait quand même mieux s'ils priaient, chantaient et prêchaient "comme nous". 

    Sans oublier qu'ils pourraient apprendre à respecter la ponctualité. Ici nous avons même la Bible de notre côté (que dis-je, n'est-elle pas toujours de "notre" côté?): "Dieu est un Dieu d'ordre". Bien sûr, de NOTRE ordre.

    Oui, je suis moins ouvert que je ne veux bien le reconnaître.

     

    Néanmoins, il est dans le projet de Dieu que des personnes de toutes tribus et langues le louent devant le trône de l'agneau (Ap 7.9). N'attendons pas trop longtemps pour nous y mettre.

     

    Ou comme le dit Stephen Beck: 

    • "Gott liebt das Fremde! Er wurde selbst zum Fremden für uns, damit wir das Fremde zu ihm führen."

    Ce que je traduirais par :

    • "Dieu aime ce qui est étrange et étrangé ! Il est devenu lui-même un étranger pour nous afin que nous amenions vers lui ce qui est étrangé et étrange."

     

    Et encore:

    Lire la suite

  • Les préjugés sur la couleur de la peau et… le sexe

    Aux USA, il est extrêmement difficile de développer une église multiethnique. Analyse faite, le problème de fond est ce qui est appelé le « Whitism » ou « Whiteness ». 

    Voir à ce sujet l’article (en anglais) de Korie Little Edwards dans Christianity Today du 16 février 2021 et notre article récent.

    Est appelé « Whitism » cette opinion qui veut qu’une personne de peau blanche est, de par la couleur de sa peau, plus apte à exercer une fonction de responsabilité que ne le serait une personne à qualification égale de peau plus sombre, un latino ou africain.

     

    Cette opinion est répandue chez les blancs. Mais, ce qui est très surprenant est qu’elle l’est aussi chez les gens de couleur, tout au moins aux USA. Si les membres d’une église doivent choisir entre deux candidats pasteurs qui sont de couleur de peau différente, le choix se porte de manière tout à fait inconsciente sur le candidat à la peau plus claire (Cela est observé aussi depuis plus de 80 ans par les « doll tests » et le jeu des enfants avec des poupées de couleurs différentes).

     

    Il serait alors simple de rendre la communauté attentive à ce phénomène, et de l’encourager à ne pas voter selon la couleur de la peau. Mais ce n’est pas simple du tout. Car si l’on dit au « blanc » de ne pas se laisser piéger par le « Whitism », il va se vexer. Car il comprendra cette remarque comme une accusation de racisme. Et, si l’on averti la personne de couleur de ne pas tenir compte de l’influence pernicieuse du Whitism, celle-ci pourra se vexer de ce qu’on la soupçonne de racisme ou tout au moins de ne pas être assez intelligente pour faire un choix neutre.

    Lire la suite

  • Ces bonnes raisons pour ne pas prévoir de culte de Pâques...

    Pour dimanche, est-ce que tu crains la météo ? As-tu peur de sortir par ce froid? 

    Sache qu'à Jérusalem aussi, il ne faisait pas bien chaud le jour de la résurrection. 

     

    Imagine ce qui serait arrivé si Jésus avait dit: "Il fait trop froid pour sortir aujourd'hui". 

    Inimaginable !!!


    Ou encore s'il s'était dit, une fois revenu à la vie dans le tombeau:

    Lire la suite

  • Missionalité et nouvelles expressions de l'Église

    La missionalité de l’Église peut et doit s’exprimer, mais sous quelles formes?

    Eric Zander est implanteur d’églises et initiateur de Communautés alternatives depuis 30 ans avec la Mission Évangélique Belge, actuellement VIANOVA. dont il est co-directeur. 

    Une nouvelle génération d'églises se développe en occident.

    Dans son analyse de bien des églises d'expression nouvelle, Eric Zander a noté qu'elles mettent l'accent sur un des axes suivants, voire deux des trois qu'il serait important de "pratiquer": 

    1. incarner
    2. façonner
    3. rassembler

    eric zander,missionnel

    Pour en savoir plus... voici la communication d'Eric Zander, faite lors de la matinée d'étude du REMEEF le 23.3.2021.

  • Multiplication de disciples - implantations d'églises

    Capture.JPGDans l'idéal, lorsque les disciples se multiplient, c'est bien pour les retrouver dans des églises de plus en plus nombreuses.

    ZUME est une formation gratuite que l'on peut faire tout seul, mais de préférence avec (au moins) deux ou trois autres personnes - cela aide à persévérer.

    Lire la suite