Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Option culte drive-in

La coronavirus a rajouté des options fort intéressantes à la vie du disciple du chrétien évangélique. Et la vie après ne sera pas comme avant. En disant cela, je ne pense pas que la vie sera meilleure qu’avant. Michel Houellebecq a certainement raison lorsqu’il dit que le monde d'après, « sera le même, en un peu pire ».

En disant cela, il ne pensait pas aux églises évangéliques. Mais je crains que cela ne soit prophétique pour l’église.

Prenons le chrétien moyen. Je ne sais s’il existe vraiment. En tous les cas, nous deux, nous ne sommes pas ce chrétien moyen.

Présentement, puisqu’il n’y a plus de rencontres dans les locaux de l’église qu’il fréquente habituellement, le chrétien moyen peut rester à la maison et choisir.

  1. Option 1 : la transmission en direct d’un semblant de culte. On fait comme si on y était, et aussi comme si on était à la maison. C’est super car il n’y a ni les trajets ni les « bonjours, ça va ? ».
  2. Option 2 : La transmission en différé d’un semblant de culte. C’est le top, car on peut regarder quand on veut, si on veut et surtout ce qu’on veut. Tu n’aimes pas l’intro qui tourne en rond, tu zappes. Tu commences à en avoir assez des chants, tu zappes. Tu n’aimes pas le prédicateur, tu zappes en arrière sur les chants. La version « tout confort » est celle qui nous indique à combien de minutes commence la prédication. Cela permet de faire ses choix sans trop chercher.
  3. Option 3 : on rend visite (en zappant) aux sites des églises de mes amis. La liste des églises qui transmettent le culte est riiiiche.

 

C’est la situation d’aujourd’hui, début mai 2020. Et après ?

A la fin du semi-confinement en Suisse, lorsqu’il sera de nouveau possible début juin de revenir au culte, que se passera-t-il ?

Avec tous les gestes de précaution et (ce qui semble probable) la présence d’une seule personne pour chaque 4m2 de surface de salle, cela risque d’être compliqué.

Dans la pette église dont je suis le pasteur, cela veut dire qu’il faut soit faire trois cultes le dimanche ou dire aux amis de ne venir qu'un dimanche sur trois.

Trois cultes (à 12 visiteurs chacun) seraient nécessaires si tout le monde continuait de venir comme avant corona. Mais certaines personnes ne reviendront plus.

  • Ne viendront pas les personnes qui seront encouragées de rester à la maison : les personnes vulnérable.
  • Ne viendront plus les personnes qui ont un rhume ou une autre maladie. Car on devra leur faire comprendre, si elles se présentent à la porte et frappent (ah non, c’est interdit de frapper ou de sonner, car contaminant) qu'il leur est FORTEMENT conseillé de ne pas entrer. (ce qui me fait penser à un autre problème: les organisateurs des rencontres de guérison vont faire comment si les malades doivent rester à la maison ?)
  • Ne viendront pas non plus les personnes qui craignent ce virus, tapi on ne sait où.
  • Ne viendront plus les personnes valides qui ont des enfants que l’on ne pourra plus accueillir à l’école du dimanche
  • Et ne viendront plus les personnes qui fréquentent un culte à la télévision ou sur le Net, de ceux que l’on peut même enregistrer et zapper (surfer) à volonté.

 

Qui nous restera-t-il ? Peut-être seulement le 2/3 de l’assemblée de l’avant Corona?

 

Mon conseil 

  1. Arrêtez les retransmissions de votre culte dès que possible.
  2. Prévoyez le culte drive-in, puisque (cause distances de 2m à observer) vous ne pourrez même plus accueillir dans votre salle de culte ne serait-ce que le 2/3 de la congrégation d’autrefois, je vous encourage à réfléchir déjà maintenant à comment organiser votre premier (puis 2e) culte drive-in.
  3. Si vous ne voulez pas du culte drive-in, continuez les retransmissions. Sinon vous allez encore perdre ceux qui ne viennent plus.

 

L'avantage du drive-in:

Tout le monde y est au sec et en sécurité. Et cela répond aux nombreuses personnes qui en ont assez des rencontres par écran interposé.

En Suisse, nous avons débuté avec le culte drive-in.
Si l'avenir proche est bouché, les beaux jours sont certainement devant nous.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel